Marilie Bilodeau

Informations

Secteurs : , , , , , ,
Disciplines : , ,

Marilie Bilodeau, c’est un concentré d’énergie créatrice. Elle jongle avec la chanson, le conte, le théâtre, l’animation, les arts visuels, le maquillage artistique la joaillerie et j’en passe. Parmi toutes ces disciplines, c’est la chanson qui lui permet de s’épanouir le plus.
Sur scène, Marilie Bilodeau, c’est un côté tendre et un côté givré. Un versant théâtral, humoristique et à grand déploiement et un autre plus posé, intime et poétique. Pourquoi deux côtés? Marilie Bilodeau est née sous le signe du gémeau, voilà tout. C’est une fatalité. Fatalité qui se vit cependant bien au quotidien et qui permet à Marilie de jouer intelligemment avec une vaste gamme d’émotions. Dotée d’une présence sur scène à en écorner les bœufs, elle saura tout autant vous faire rire ou pleurer, vous faisant voyager dans un monde haut en couleur : l’univers marilien.
Marilie a dû en faire du chemin pour arriver à cet univers marilien. D’abord interprète, elle s’est rendue compte, dans la jeune vingtaine que ses histoires aussi valaient aussi la peine d’être chantées. Elle se fit ensuite chanteuse parolière au sein de la formation Rimouskoise Osmundazz, sorte de salade de fruits de styles et de genres, le tout dans une ambiance festive et éclatée. Alors incapable de s’accompagner à un instrument et étant plutôt néophyte en matière de théorie musicale, elle décide de retourner sur les bancs d’école. Elle s’inscrit au tout nouveau programme jazz-pop du Cégep de Rimouski. Elle y fait entre autres la rencontre de Martin Roussel, qui lui donne ses premiers cours de piano et qui réussit à lui transmettre sa passion pour cet instrument. Armée de seulement deux compositions dans les doigts, elle se hisse jusqu’à la finale nationale de Cégeps en spectacle, où elle remporte le second prix. Pour elle, c’est un signe, elle se doit de continuer dans cette voie. Elle s’inscrit donc ensuite à l’École Nationale de la Chanson. Entourée notamment de Robert Léger, Claude Vallières et Marie-Claire Séguin, elle y peaufine sa plume, son oreille musicale et son sens de l’interprétation. Cette expérience lui permet de mieux définir l’univers marilien, mais aussi de faire la rencontre de plusieurs auteurs compositeurs interprètes inspirants tels que Vincent Vallières, Alex Nevsky, Lisa Leblanc et de fouler les planches des Francofolies de Montréal. Elle décide ensuite de s’exiler dans la métropole afin de mieux connaître le milieu artistique et de se faire des contacts. L’épisode montréalais sera cependant de courte durée en raison de rebondissements sur le plan personnel et Marilie, s’ennuyant de ses racines, de l’air salin et de la générosité des habitants du bas du fleuve, décide de retourner vivre dans son patelin pistolois. Sa mission : développer son projet de compositions et s’impliquer dans la vie culturelle bas-laurentienne. Il faut dire qu’elle est sur la bonne voie puisque depuis son retour aux Trois-Pistoles, elle a, entre autres, remporté les honneurs dans la catégorie ACI de la dernière édition du Tremplin de Dégelis, collaboré à 2 spectacles de danse de la chorégraphe Soraida Caron et fait les premières parties des Sœurs Boulay, de Philippe B et de Damien Robitaille.
Ayant maintenant trouvé la formule idéale pour donner vie à son univers, un trio voix, piano et violoncelle/contrebasse, Marilie est habitée par de grandes ambitions. Ses prochains projets sont l’enregistrement d’un mini album, l’écriture de nouvelles chansons et la production d’un spectacle professionnel qui pourra être joué à travers le Québec et partout dans la francophonie. Vous n’avez pas fini d’entendre parler de Marilie Bilodeau!